Entre le rock et la magie, il n'y a qu'un pas...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Little girl. ( PV Tom.)

Aller en bas 
AuteurMessage
Emy Fenster
Sexy singer
avatar

Féminin Nombre de messages : 1384
Age : 29
Localisation : Next Door. Is it a bedroom? You find me.
Humeur : Faut me parler pour le savoir, trésor.
Date d'inscription : 02/02/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
50/100  (50/100)
Relations ::
Année d'étude: Troisième

MessageSujet: Little girl. ( PV Tom.)   Lun 2 Mar - 22:27

On reconnait notre âme-sœur aux moments passés.
Lorsque les secondes sont des fragments d’éternité.


    Elle ne voulait pas admettre. Ce que tout le monde avait compris avant elle. Ce que les jours avaient annoncés, ce que le temps voulait prédire. Garder le contrôle, ne pas déraper. Suivre la route qui est tracée, sans dérailler. Petite fille, tu délire. Tu crois savoir, tu crois connaître. Mais tu n’es qu’une débutante en la matière. Elle pensais ne jamais se tromper, pouvoir annoncer l’avenir, ordonner à son corps ses désirs, jusqu’à l’infaillibilité parfaite d’une chair qui n’est présente que pour donner son support. Simuler l’amour lorsqu’il n’est pas là, admettre des sentiments qui n’existent pas. Pour s’approprier son cœur, éviter l’échec, la tristesse, le malheur. Elle voulait garder la clé, être la seule à en connaître l’existence. Elle pensait que le monde fonctionnait ainsi, selon ses envies et ses sens. Bat. Cesse. Debout. Couché. Sa vie n’était qu’une suite d’actions indolentes, une minable procession astreignante.

    Cadran - « BIP BIP BIP BIP. »

    Bordel.
    Emy se dépêcha d’appuyer sur son réveil, un gémissement au bord des lèvres. Le rêve qu’elle venait de faire était particulièrement éprouvant: une femme, voilée par la nuit et décorée par les astres, récitant d’une voix neutre mais en poésie, l’épopée de sa vie. Déroutant. Elle en avait déjà oublié les termes, comme à chaque réveil, mais subsistait le souvenir cuisant d’une conscience, qui à travers le sommeil, tentait de lui parler. Déroutant, vous dis-je ? Non. Pire. Depuis une semaine, l’adolescente s’endormait difficilement. Car au moment de fermer les yeux, des images déroulaient dans sa tête. Troublantes. Écœurantes. Et complètement véridiques. Celles d’une fille, qui complètement soûle, embrasse le copain d’une amie. Celles d’une ado, qui cherche le réconfort ailleurs. Celles de ses erreurs, de son existence. La plus récente était sa tentative de suicide. Comment ne pas regretter un tel moment? Sa tête qui disparaît sous l’eau, ses poumons qui se battent, parce que oui, eux, ils veulent continuer à exister. Et Tom, qui vient la sauver. Ce même type qui était, involontairement, la source de ses problèmes. Car toute chose à une origine, bien que celle-ci ne soit peut-être pas la bonne.
    Oublier. Putain que c’est bon.

    Elle agita sa gambette farineuse, sortit l’autre de sous la couverture. Sa voisine de chambre poussa un grognement, en voyant que la belle avait omis de s’habiller pour dormir. Indifférente à ses protestations devant son accoutrement , Emy se dirigea vers sa commode. Jusqu’où l’humain est-il prêt à aller pour se faire remarquer ? Pourtant, ce n’était nullement par provocation qu’elle s’était couchée nue. Elle avait chaud, tout simplement. Un soutien-gorge lilas, une culotte écarlate. La jeune fille se vêtit en silence, perdue dans le monde des regrets. Dans cette réalité, le pardon n’existe pas. Il est donné à ceux qui n’en ont pas besoin, mais jalousement gardé de ceux qui l’implorent par des larmes de sang, le quémandent dans une souffrance inimaginable où l’âme se déchire, par des raisonnements atroces, des actions contradictoires, et une résistance féroce. S’abandonner. À la vie, en général. Pour suivre le courant, sans s’inquiéter .Faire confiance à demain, en omettant qu’hier était une vraie pourriture. Il est si aisé de parler.
    Mais si difficile de réaliser ce qu’on souhaite ardemment. Car en somme d’étourderie, les vœux ne sont-ils pas en tête de liste ?

    Une jupe longue qui s’arrête aux genoux, une chemise ample qui sans camoufler ses formes, n’a pas pour but de les mettre en valeur ; tel était les vêtements de la princesse du rock. Ses résolutions planaient encore dans son esprit, et ne pas les tenir aurait été une rechute. Mortelle. Ne respectait-elle pas son corps, en affichant une tenue pudique ? La bonté d’une personne irradie rarement de sa poitrine. S’estimer, autrement que par ses courbes. Ensuite, peut-être réussira-t-elle à s’aimer enfin. Un soupir. Alors qu’elle regarde ses cheveux tomber sur ses épaules. Les jours se succèderont toujours. Semblables, mais non pas vides. Hier, elle fumait, couchait, mourrait. Aujourd’hui, elle essayait de vivre. Mais pour combien de temps encore, avant que sa bonne volonté ne faiblisse ? Jusqu’où faut-il essayer, avant de grandir ? Croire. Parce que de toute façon, on ne peut pas faire mieux.

    La porte claqua, le vent cingla. Dehors, il faisait beau. L’éclat du soleil illuminait le lac, y faisait ressortir la transparence de l’eau, le miroir de l’âme et la prestance de la nature. Elle voulait s’y rendre. Admirer cet endroit qui s’était fait justicier. Regarder cette surface qui, pendant quelques minutes, avaient accepté de lui prêter assistance dans un acte désespéré. Faire le deuil. D’une mort qui a été repoussée à plus tard. Ce n’était pas un cercueil mais un âtre , non pas un danger, mais une vivifiante brise de fraîcheur. Les humains changent, mais les éléments demeurent insensibles . Fort heureusement.


    Fabien - « Eh ! Emy! Parait que tu donnes des leçons gratuites... »

    Elle n’eût pas le temps de se tourner pour fixer son interlocuteur. Car aussitôt, en appui à ces paroles grasses, une main se porta à ses fesses. L’homme est une bête. Avide. Assoiffé. Qui ne comprend que ce qu’il veut entendre, ne respecte que ceux qui sont semblables à lui.

    Emy -
    « Eh! Fab! Parait que t’es bi. Du moins, c’est ce que m’a raconté Dude...»
    Fabien - « Salope. »

    On ne pense jamais à l’ampleur des mots. Quelques lettres, une intonation, une phrase. La parole dépasse la pensée, mais la réflexion se cache dans l’inconscience. Les insultes blessent, mais la vérité déchire. Elle anéantie, brûle les fondations. Consomme l’indolence , remplace le désir, réveille la conscience. Oblige l’humain à se tenir debout ou inversement, à s’écrouler. Choisir. Entre la faiblesse et la puissance. La gifle claqua sur la joue du jeune homme, alors qu’Emy repartait dans la direction inverse. Pour aller où? Là où personne ne la jugerait, selon ce qu’elle était. Un seul garçon correspondait à ses attentes, à ce niveau. Et cet unique personnage était son miroir. Son reflet. Son Problème. Avec un grand P. Tom Scott.

    Elle n’était jamais rentré dans sa chambre. N’empêche...savoir où celle-ci se trouvait était d’une facilité déconcertante. Il suffisait de demander à l’une de ces poules glousseuses, qui ponctuaient son chemin d’éclats de rire. Alors qu’elle marchait, indifférence aux œillades qu’on lui lançait, Emy se mit à espérer qu’il soit présent. Sans Leanne. Autant éviter les embrouilles. Étrange. Elle se croyait entourée, aimée , adulée. Jusqu’à ce qu’elle découvre que ses verbes, en somme, n’existaient que lorsqu’elle entretenait sa réputation. Ces gens ne savaient rien d’elle. Et lorsqu’ils prendront enfin conscience des limites de la superficialité, il sera déjà trop tard. Un dernier détour. Autrefois, elle détestait ce type. Trop dragueur, trop one-night , trop insouciant. Trop elle. Maintenant, il avait acquis une certaine importance. Et c’était mal. Car à prendre appui sur quelqu’un, on finit par tomber. D’une chute longue et douloureuse. Un dernier couloir. Une porte. Infiniment grande, alors qu’il est temps de cogner.


    Emy - « Ouvre, Tom. C’est ta grande noyée préféré. »

    Midi. Elle venait en amie, pour se sentir bien, tout simplement.
    Petite fille, tu délire. Tu crois savoir, tu crois connaître. Mais tu n’es qu’une débutante en la matière.
    Elle n’avait pas compris. Que son cœur, depuis longtemps, pensait autrement.

    Hj: Muaha. Désolé, c’était trop tentant de finir ainsi. Sorry, pour les derniers paragraphes qui sont ratés, mais là, y’en a marre d’écrire. xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Scott
>Lover Guitarist • [admin]
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 29
Localisation : In my dreams...
Humeur : Everything's ok... or not.
Date d'inscription : 14/01/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
35/100  (35/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   Lun 23 Mar - 12:48

    Tom marchait tranquillement ce matin-là, mais il était heureux. Vous savez, ce sentiment de bien-être quand on a l'impression que tout va bien, que rien ne peut vous arriver. Vous êtes invincible, parce que vous allez voir la femme que vous aimez. Ou un sentiment de ce genre. Un truc qui ressemble à l'amour. Parce qu'on ne sait jamais vraiment quelle gueule il a ce bidule. Ah ! Il y en a eu des théories. [en mode bac blanc de français]. Entre Le Mythe de l'androgyne de Platon, et La Maladie de l'oeil de Ficin, il semble être différent pour chacun d'entre nous.
    Pour en revenir à Tom, il allait donc voir sa petite amie Leanne. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient. Le paysage idyllique. Un rêve.
    Mais le rêve tourna vite au cauchemar. Dès qu'il eut rejoint Leanne et l'ait pris dans ses bras, un groupe de jeunes filles les dévisagea. Elles chuchotèrent et se rapprochèrent d'eux, en ligne, comme si elles attaquaient.
    Et elles attaquaient ! Mais par les mots. Comment les deux dragueurs pouvaient se retrouver ensemble ?!
    Des garçons se joignirent à elles. Tous les élèves, Tom les connaissait. Plus ou moins. Ils étaient de Rock-Magik. Il reconnut Atara, David...
    Le couple voulut s'éloigner, mais le groupe les suivait avec leurs railleries. Ils venaient de toute part. Ils les séparaient l'un de l'autre.
    Tom lui lança un dernier regard et s'éloigna à pas rapide, toujours suivi. Les filles lui criaient que c'était injuste pour elles qui avaient été jetées dès le réveil, qu'elles aussi voulaient sortir avec lui, qu'elles le méritaient plus que Leanne, qui allait le laisser tomber le plus tôt possible... Quant aux garçons, ils tonitruaient des injures. Eux aussi voulaient se faire Leanne. Que Tom jouait un jeu...
    Tout s'entrechoquait dans sa tête et il alla se réfugier dans sa chambre. Après qu'il eut claqué la porte, il la verrouilla à double tour. Jamais il n'aurait pensé que les gens pouvaient être aussi tarés dans cette école.
    Mais lorsqu'il se retourna, c'est la tête ensanglantée de son frère jumeau qu'il vit. Il grommelait lui aussi qu'il ne devait pas sortir avec la jolie blondinette. Il lui interdisait.
    Tom retint un cri d'effroi.
    Derrière la porte, le chahut était de plus en plus important. Les élèves frappèrent à la porte. Une voix qu'il connaissait bien était rehaussée au brouhaha ambiant.


    - Ouvre Tom.

    Ça jamais ! Il se ferait tuer en moins de deux par ces fous furieux !
    Mais la voix insista...


    - C’est ta grande noyée préféré.

    Des morts. Des morts partout. Mais qu'est ce qu'il se passait ?

    Soudain, il sursauta, transpirant. Il était assis sur son lit. Enfin, il réalisa que c'était réellement un cauchemar.
    Il ferma les yeux et respira une bolée d'air. Finalement, il se laissa tomber sur l'édredon moelleux pour reprendre ses esprits.


    - Entre Emy, c'est ouvert !

    Il releva la tête pour la voir entrer et vit qu'elle était surprise. *Ben, pourquoi ? Qu'est ce que j'ai ?*
    Tom posa son regard vers le réveil. Midi.


    - Oh merde ! Déjà !

    Il se leva, nonchalant, un mal de tête terrible. Décidément, ce cauchemar avait beaucoup d'impact sur lui, et ça le souciait.
    Torse nu, il enfila rapidement un de ses larges tshirt blanc.


    - Désolé. Je... J'ai pas dormi de la nuit. Enfin. Que... Qu'est ce qui t'amènes ?

    Rah, mais qu'est ce qu'il lui arrivait ? Il en bafouillait. Ce n'était pas son genre.
    Emy se pinça les lèvres. A ce moment là, Tom aurait tout donné pour savoir ce qu'elle pensait. Peut-être que la magie le permettait, mais il était trop nul en cette matière, et c'était sûrement interdit.
    Cependant, il se contenta d'aller s'asseoir sur le lit chaud qu'il venait de quitter après s'être dirigé vers le lavabo de la salle de bain pour se rafraichir et les idées, et le visage.


[Désolée, c'est nul et court. Et je fais pas avancer l'histoire. M'enfin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilig-fraizii.skyblog.com
Emy Fenster
Sexy singer
avatar

Féminin Nombre de messages : 1384
Age : 29
Localisation : Next Door. Is it a bedroom? You find me.
Humeur : Faut me parler pour le savoir, trésor.
Date d'inscription : 02/02/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
50/100  (50/100)
Relations ::
Année d'étude: Troisième

MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   Jeu 9 Avr - 5:53

    « L’amour n’est pas de ces sentiments sur lesquels nous avons un contrôle.Il s’insuffle sournoisement dans nos vies, jusqu’à voler notre cœur. »


    Quelques secondes. Pas plus, pas moins. Qui passent pourtant avec une lenteur absolue, étirées à l’infini par des mains étrangères au malheur d’autrui. Tel un sablier qui s’écoule d’un grincement malhabile, obstrué par quelques grains ayant eu la vulgaire mission de s’infiltrer dans l’horaire des durées. Un moment, si petit fut-il, qui vole l’éternité aux heureux gens, tant sa longueur est en contraste avec ce qu’il représente réellement. Le temps d’un claquement de langue et de dents, d’une tentative désespérée d’arranger sa chevelure. Puis la conscience de l’acte, de l’incidence de ces précieux instants qui en somme, devraient être ralentis alors que précédemment, ils semblaient accélérés. Cette manie, de voir différemment les choses. Parce qu’en définitive, rien n’est fixé, les événements se déroulant selon l’idée qu’on s’en fait, indépendamment de ce qu’il en est dans l’esprit des autres, branchés sur le simple diapason de nos réflexions. Trop complexe. Next, please.

    La jolie brune crût tout d’abord qu’il était absent. Dès lors, des idées saugrenues s’engouffrèrent dans ses pensées. L’imagination est une bien belle chose, qui possède néanmoins le pouvoir de détruire la réalité, si elle n’est pas utilisée à bon escient. Difficile, pourtant, de saisir cet aspect complexe de l’humain, qui le pousse à mélanger ses rêves et ses étourderies, pour les utiliser au profit de son monde, jusqu’à anéantir des relations sur le simple coup d’une impulsion ou d’une crainte, fondée sur des divagations. Elle concevait donc le pire, à savoir lui et Leanne , en train de mélanger leurs chairs. Chose qui, outre mesure, était hautement probable. Or, pour une obscure raison qui lui était inconnue – la connaissance ayant trop de conséquences pour qu’elle en vaille la peine – cette idée lui déplaisait hautement. Une grimace de dégoût se peignit d’ailleurs sur ses lèvres, alors qu’elle s’apprêtait à tourner les talons. Déranger un jeune couple dans leur intimité ne faisait pas partie de ses priorités.

    Et puis, elle entendit sa voix. Elle eût une nouvelle hésitation. Car si au départ, le bien-fondé de sa visite lui semblait évident, elle en doutait davantage, désormais. Qu’arriverait-il si un des colocataires de Tom la trouvait là, dans sa chambre? Il s’imaginerait le pire, irait bavasser et la réputation d’Emy serait de nouveau entachée. Non pas qu’elle ne le soit pas déjà… Sa transformation de dragueuse, fumeuse, droguée puis coucheuse, le tout en une semaine, avait des allures assez…rocambolesques? Quoicqu’Il en soit, on la montrait du doigt. Ce qui n’était pas une chose merveilleuse. Certes, elle s’en souciait peu. Pour en avoir elle-même colporté à plusieurs reprises, elle savait que les rumeurs partiraient aussi vite qu’elles avaient été semées. Hélas, il n’en était pas de-même pour le passé, et les souvenirs tâchés à jamais par une impulsion grotesque qui l’avait poussée à commettre des actes insensés. En vérité…que faisait-elle devait la porte du guitariste ? Emy l’ignorait. Celle qui cherche des raisons à une explication simple ne fait qu’éclaircir la vérité. Être bien. Voilà. C’était pour cela qu’elle était venue. Rassurée dans ses convictions, elle poussa la porte.

    Elle n’en mena pas large. Voir le garçon torse nu avait quelque chose d’assez…déstabilisant. Elle avait envie d’y poser sa tête, caresser sa peau… Bordel. La dragueuse délirait, là. Surprise par sa propre réaction, Emy réprimanda à temps les paroles qui voulaient s’échapper de sa bouche, alors que Tom interprétait mal son expression, y prêtant comme excuse l’heure tardive. Tout en sachant qu’elle n’agissait pas dans son intérêt, l’adolescente ne pût s’empêcher de descendre son regard sur le ventre du guitariste… Stop. Que se passait-il? La jeune fille se retint de ne pas tourner les talons, prise de panique par ce dérangement soudain dans ses émotions. Non. Analyser froidement la situation… Voilà ce qu’elle devait faire. Elle venait de rentrer dans le sanctuaire sacré de son ami. Qui, en vraisemblance de cause, dormait sans T-Shirt. Or, ne l’ayant jamais vu ainsi jusqu’à présent, et celui-ci étant tout de même un beau spécimen, ses hormones avaient tout simplement été émoustillées. Rien de dramatique ou d’inexplicable, en somme.

    Merde. Il se rhabillait. Dommage. Jugée presque aussitôt coupable d’élaboration sur un homme marié – ou presque, vu qu’il était en couple avec une tigresse possessive – Emy se pinça les lèvres, dégoûtée par sa propre attitude. Ne savait-elle donc plus qui elle était? Non, Miss.Fenster ne pouvait se permettre de faire comme toutes ces fillettes, et tomber en pâmoison devant l’adolescent. Car le cas échouant, elle perdrait tout respect envers elle-même. Décidée à reprendre le contrôle sur la situation, tout en sermonnant mentalement ce physique ingrat qui anéantissait le pouvoir qu’elle exerçait sur son esprit, la chanteuse vînt prendre place à proximité de Tom, se positionnant de façon à lui faire face. Si elle se fiait à ses paroles, lui non plus, ne dormait pas très bien.

    Emy -
    « À ce que je vois, je ne tombe pas au bon moment… Nuit mouvementé? Ajouta-t-elle, avec un clin d’œil. Les propos du guitariste ne laissaient-ils point la place à la méprise? Car des ébats folichons auraient tout aussi bien pus animer le sommeil du garçon… Elle imaginait très bien Leanne, en sous-vêtement de dentelles, tandis que Tom torse nu se… Oulah. Elle délirait, de nouveau. En quoi la vie sexuelle des deux tourtereaux la concernait-elle? Soudainement apeurée que le jeune homme puisse se vexer sur le sens de ses paroles, la jeune fille enchaîna aussitôt :

    Emy - « Je rigole. Ne répond pas, je t’en prie, je tiens à garder mon déjeuner. »

    Bon. Elle avait peut-être à travailler encore sa sympathie. Mais l’on ne peut pas être parfait en tout point. Non pas que son but soit d’énerver Tom… En réalité, elle pouvait voir à son air et à la sueur qui recouvrait sa peau avant qu’il n’enfile ce vilain T-Shirt que, s’il avait passé une mauvaise nuit, s’était davantage à cause d’un cauchemar que de Leanne. Un sourire peinturait donc ses lèvres, alors qu’elle parlait à nouveau :

    Emy -
    « Mais sérieusement…j’ai des petits problèmes avec les garçons actuellement…Elle grimaça. Alors je me suis dis que si je venais me réfugier ici temporairement… Ça t’embête?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Scott
>Lover Guitarist • [admin]
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 29
Localisation : In my dreams...
Humeur : Everything's ok... or not.
Date d'inscription : 14/01/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
35/100  (35/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   Ven 1 Mai - 13:58

    La jolie Emy vint s'asseoir, elle aussi, se tortillant afin de lui faire face le mieux possible. Oui, la jolie Emy. Après tout, si elle pouvait -avait pu- avoir tous ces garçons à ses côtés, ce n'était pas sans raison. Elle était tout le contraire de Leanne. Au moins, les deux meileures amies laissaient le choix à leur proie !
    Les cheveux d'Emy brillaient sous les rayons du soleil du milieu de journée, chauds et intenses, leur donnant un effet si soyeux que l'on résistait à l'envie permanente d'y glisser ses doigts. Ses yeux noisettes dégoulinaient d'une bonté enfouie, d'une gentillesse qu'elle avait du réprimer maintes fois mais que Tom devinait à travers ce miroir de l'âme. Et ces deux marrons s'unissaient à la perfection. En aucun cas, ils ne parraissaient durs sur les traits de son visage. Au contraire. Ils respiraient la vitalité, le sourire... que Tom n'avait pas vu depuis longtemps.
    Et enfin, il le vit, ajouté à un petit clin d'œil, tout comme lui savait si bien les faire. Il comprit qu'elle venait de lui lancer une boutade, et son cerveau commença à analyser les mots entendus une seconde auparavant.


    Tom ne retint pas un haussement de sourcils. Tu parles d'une nuit mouvementée ! Il en existait plusieurs types. Ses discussions sous la couette avec Bill quand ils étaient petits. Gratter sur sa guitare lors d'une nuit blanche, et s'endormir dessus, exténué, à trois heures du matin. Jouer sur scène, dans un bar, pour le plaisir des oreilles d'autrui. Boire à en perdre haleine jusqu'au bout de la nuit. Coucher avec une belle femme... Voilà à quoi se résumait les quelques meilleures nuits mouvementées au fil de sa vie. Mais faire un tel cauchemar n'en faisait aucunement parti.
    Voyant l'air que prenait Tom à sa remarque, la brunette se ravisa, le priant de ne pas répondre.
    D'un côté, il n'y avait pas grand chose à répondre. Raconter à Emy la poursuite que lui et sa copine, en l'occurrence, son ex-meilleure amie, avaient subit dans les couloirs de l'école était risible, quelque part.
    Les cauchemars ont cette faculté de tout exagérer, au point de craindre une souris enfouie dans son trou, toutes griffes et dents sorties. Et ils marquent. Alors que ces foutus rêves ! On se réveille toujours au mauvais moment, et seules quelques brieves restent dans notre esprit toute la matinée, pour s'être entièrement évaporées la semaine suivante.


    A nouveau, Emy parla. Rappelons nous que Tom venait de se lever que son premier quart d'heure de tranquillité exigée n'était pas encore passé. Dès lors, il reprenait ses bonnes vieilles habitudes, jovialité et bavardages intensifs à l'appui. Depuis qu'Emy était entrée dans la chambre, seul son cauchemar le dominait, rendant encore plus noires et ronchonnes que d'habitude ses pensées matinales.
    Enfin, il se força à lui répondre, comprenant qu'elle avait encore des soucis... avec les garçons ?!
    *Roooh, pourquoi... pourquoi moi... pas le matin... pardon, le midi.*
    Tout en se massant les tempes, fermant les yeux, il dit :


    - Hum. Mouai. T'as des problèmes avec les mecs, et tout de suite tu t'es dis "faut que je vois Tom". D'accord. Mais dois-je te rappeler que je fais aussi parti de la gente masculine que tu aimes tant, et que je suis probablement le pire conseiller qu'on puisse trouver sur Terre.

    E
    lle se tut devant les propos déjà négatifs de Tom. Négatifs. Non. Matinaux !!! Arrêtez de tout prendre mal...
    Il sourit. Et secouant la tête, l'air désespéré et surtout, la tête dans le pâté, il ajouta :


    - Ça m'embête pas. Même si ça casse tout de voir la chambre et le mec dans cet état... Mais, va falloir m'expliquer miss !

    A
    ttendant sa réponse, Tom se leva et alla vite fait ranger le t-shirt noir aux imprimés dorés de Bill, et replacer dans son étui la basse de David. Quant à ses affaires... Pfff, il y en avait trop éparpillée.
    Il ronchonna dans sa barbe invisible, se fichant si Emy comprenait le moindre mot. De toute manière, il ne s'adressait pas elle. Seulement à lui. Eh oui, ça commence déjà à cet âge là de se parler tout seul...


    - Heureusement que Bill fait son perfectionniste, que David m'engueule pour que je range... Il n'y a que William pour ne pas faire chier le monde. Buah. Faut que je le remercie un de ces quatre.

    I
    l se retourna vers l'air intrigué de la jeune fille, toujours assise sur le lit aux draps sans dessus-dessous et lui sourit à nouveau, à moitié gêné, à moitié hypocrite, complètement inutiles face au bordel de la chambrée masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilig-fraizii.skyblog.com
Emy Fenster
Sexy singer
avatar

Féminin Nombre de messages : 1384
Age : 29
Localisation : Next Door. Is it a bedroom? You find me.
Humeur : Faut me parler pour le savoir, trésor.
Date d'inscription : 02/02/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
50/100  (50/100)
Relations ::
Année d'étude: Troisième

MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   Mar 5 Mai - 2:08

"Jusqu’où ira-t-on pour refuser une évidence, sinon notre propre destruction? "


    Il y a ce sentiment que certains se plaisent à appeler l’amour. Celui qui donne soi-disant des ailes à l’amant, qui volera ainsi jusqu’au balcon de sa douce. Celui qui agite le cœur, bien que sa corrélation s’arrête simplement à précipiter ses battements, dans une course déchaînée où le vainqueur ne peut toucher sa récompense. Celui qui plombe de lourdeur les mains et les jambes, jusqu’à ce que l’impression d’être une masse, un poids qui tombe dans les abîmes de l’océan, donne des vertiges et pousse la victime à se croire léger, mélangeant les véritables raisons de son malaise. Celui qui envahit l’esprit, y poussant en-dehors la prudence et la méfiance, pour les remplacer par la naïveté et la douceur. Celui qui occupe tout, ne laissant de place qu’à l’âme, ce colocataire fort aimable avec qui il négocie, jouant le bonheur de son hôte.

    Assise sur le lit, un faux sourire peint sur son visage de poupée de porcelaine, Emy tentait d’analyser froidement la situation. Non pas qu’elle ait si ardemment besoin de réfléchir, telle une naufragée recherchant désespérément à reprendre son souffle, le contrôle de sa vie. Quoique… Remplacer le dernier terme par le mot cœur. Elle comprenait difficilement ce qui arrivait. Pourtant, les n’étaient pas si extraordinaires. Peut-on réellement faire mention de fantastique, lorsqu’il s’agit simplement d’hormones, s’agitant en tous sens, à la seule vue d’une personne qu’on ose appeler ami?

    Stoppant net dans ses réflexions et s’obligeant à garder une certaine assurance, omettant ce qu’elle risquait de découvrir contre son gré d’un moment à l’autre, la jeune femme tenta de ramener son attention sur Tom, bien qu’il soit déjà au centre de ses raisonnements. Il semblait fatigué, dérangé par on-ne-sait quoi. Étais-ce donc si douloureux de se faire réveiller par une jolie brunette, ou aurait-il préféré une chevelure plus claire, allant de paire avec un prénom débutant par L.? Jalousie. Émotion toute aussi destructrice qui parcours les veines, assimile la sagesse et fait de l’humain une bête, vaincue par un simple désir, terrassée par une envie. Voilure, surpassant l’entendement et la simple logique, pour éveiller en la femme son instinct primal ; celui-ci même qui la poussera à commettre des folies, défendant un but imaginaire, poursuivant un ennemi invisible. Retour au présent. Elle ne pouvait pas se permettre de se laisser ainsi aller par ses réflexions…qui n’amèneraient rien de bon, sinon, une plus grande incompréhension. Inversement, qu’avait-il réellement à comprendre? Elle était peut-être simplement en manque. Comme une droguée en sevrage, une alcoolique en cure…Et malheureusement, Tom était dans sa ligne de mire... Temporairement. Parce qu’il était, justement, le seul garçon qu’elle n’avait pas envie de frapper, dans l’immédiat.

    Lorsque Tom répondit enfin, sortant sans doute lui-même de cette torpeur dans laquelle il semblait être plongée, Emy avait presque oublié avoir pris précédemment la parole. Elle resta silencieuse, écoutant la tirade du chanteur, tout en se maudissant d’avoir eu la sottise de venir le rejoindre ce midi. Décidemment, ce n’était pas le bon moment. Ni pour lui, sortant de toute évidence d’un mauvais rêve, ni pour elle, qui voyait son corps s’éveiller soudainement à la simple vu d’un torse. Partir. C’était sans doute ce qu’il y avait de mieux à faire, non? Ainsi, le jeune homme n’aurait pas le loisir de prendre conscience de la soudaine faiblesse de la brunette…
    Elle allait se lever et trouver une excuse polie pour s’éclipser d’une situation maladroite dans laquelle elle s’était elle-même embourbée lorsque le garçon parla à nouveau, rassurant l’adulte. Ça ne l’embêtait pas.

    Souriant presque systématiquement devant cette annonce, la belle répondit :

    Emy- « Qui a parlé de conseiller? Je n’en ai nullement besoin, au-grand-Tom-Scott! En faite, je cherchais surtout un endroit pour être tranquille... Eh oui, j’avais remarqué que tu faisais partie de cette fameuse gente masculine. Dois-je te rappeler, moi aussi, que les filles dorment rarement torse nu? »

    Elle faisait ainsi illusion au réveil du jeune garçon. Non pas qu’il ait été désagréable de le voir sans son habituel T-shirt… Par contre, ses paroles avaient du faux. Car elle-même dormait la poitrine à découvert. Pour des raisons de chaleur, néanmoins. Mais la guitariste n’avait pas besoin de le savoir, pas vrai? Il était presque risible de le voir s’acharner ainsi à mettre un peu d’ordre. Il avait beau ranger ce qu’il voulait, cela ne changeait pas grand-chose à l’apparence de la chambre. Très masculine, d’ailleurs. Et étrangement, la jeune femme s’y sentait bien…

    Emy – « Bon…puisque tu sembles bien décidé à te faire la conversation seul… »

    Nouveau sourire. Voir le chanteur discuter sur ses colocataires, à voix basse, comme pour lui-même, avait quelque chose d’intriguant. Et de franchement drôle. Baissant les yeux, l’adulte constata que le lit était sans dessus-dessous. Autant en profiter, puisqu’elle ne risquait pas d’y déranger quoi que ce soit… À moins que cela n’indispose Tom. Mais une telle chose serait étonnante. Il connaissait sa manière de réfléchir, ou du moins, était en mesure de comprendre qu’il n’y avait double-sens dans ses agissements. S’allongeant, elle attrapa une couverture pêle-mêle qu’elle déposa sur ses jambes, dont la jupe laissait entrevoir des cuisses bronzées. Elle fixa ensuite son regard sur le deuxième dragueur de l’école, un sourire espiègle aux lèvres…

    Emy – « J’ai oublié de prévenir… J’ai très mal dormi. D’ailleurs, il semble que c’est également ton cas… »

    Une autre fille qu’elle aurait sans doute fait preuve de davantage de réserve. Il n’est pas politiquement acceptable de se laisser ainsi glisser dans le lit d’un autre, sans invitation. Mais Emy le faisait candidement, presque par habitude. L’amitié est une bien drôle de chose… Elle se rappelait de cette première rencontre, à la cascade. La chanteuse avait culbuté dans les bras du garçon, provoquant ainsi une dispute épicée où chacun s’insultait indirectement, avant de retrouver un calme relatif. Puis une conversation vint, suivie d’une nouvelle chute. L’adulte ne tenait pas très bien sur ses pieds, ce soir-là… La rencontre s’était achevée dans la cascade. Étrange, après réflexion… Que les choses avaient ainsi évoluées, entre eux. Il était maintenant un ami. Qui lui avait sauvé la vie.

    Il y a ce sentiment que certains appellent amour. Mais d’autres le mélangent avec la reconnaissance et l’affection…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Scott
>Lover Guitarist • [admin]
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 29
Localisation : In my dreams...
Humeur : Everything's ok... or not.
Date d'inscription : 14/01/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
35/100  (35/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   Dim 7 Juin - 17:24

    Faire la conversation tout seul. Ah, c'est bien les filles ça ! A part elles, seuls les petits vieux ont le droit de parler tout seul. Ou les fous. Mais elle, oh noooon ! Elles ne sont pas folles. Et bien, pour Tom, c'était pareil ! Le matin, il avait son quart d'heure, sa demi-heure face à face avec lui-même. C'était pas toujours joli à voir, mais nécessaire. Alors oui ! Même le mec que beaucoup de filles croient génial se parle tout seul ! Faut dire qu'un tel réveil était plutôt inhabituel.
    Cette nuit avait été un cauchemar, au sens propre comme au figuré, et c'était très rare pour le jeune homme. Voir Emy dès le saut de lit n'était pas désagréable, encore qu'elle semblait désespérée au point de venir dans sa chambre... Les rares demoiselles à y être entrées pour lui avaient bien d'autres idées derrière la tête.


    Mais alors quand il la vit soudainement s'installer dans son lit encore chaud. Alors là. Alors là.. Ben il était un peu paumé dans ses pensées. Au point de se demander si comme toutes les autres filles, elle avait elle aussi une autre raison pour venir.
    Elle lui adressa un petit sourire aguicheur, aussi bien fait que lui, et quelques mots soulevant certains sous-entendus.


    Tom baissa le menton, regardant avec des yeux ronds la brunette, et souleva un sourcil.(un peu comme ça > o_Ô mdr)
    Puis, remis de sa surprise, il se remémora bien vite leur première rencontre. Tout était clair, limpide, transparent... Comme la cascade dans laquelle ils étaient tombés d'ailleurs ! Dès le début, ils s'étaient mis d'accord, mettant les choses au clair : il était impossible que deux dragueurs comme eux puissent sortir ensemble. Les insultes avaient tout d'abord fusées. Comme aujourd'hui, leur discussion avait viré sur leur sommeil. Finalement ils s'étaient rendus compte qu'ils étaient similaires, tout en restant froids et distants. Pas question d'être compatissant. Une petite course, deux trois plongeons...


    C'est de là que débuta leur étrange amitié. Parce qu'aujourd'hui, Tom sait que chacun considère l'autre en tant que tel. Ça aura été long et difficile, mais il savait que ça en valait la peine. Emy, malgré sa réputation et tout ce qu'on pourrait croire d'elle, était en fait très mystérieuse, avec plus d'un tour dans son sac. Et Tom, ça l'intriguait. Il voulait toujours en savoir plus. Surtout maintenant qu'elle se confiait de plus en plus à lui. C'était nouveau pour lui. Bizarre même. Puisqu'il n'était vraiment pas ce genre de garçon. Mais bon. Il en était ainsi. C'était une nouvelle facette de lui-même qu'il découvrait grâce à elle. Chaque personne nous apprend qui on est. Toujours plus. Et c'est de cette manière qu'on se construit. Petit à petit. Rencontre après rencontre.

    Suite à ce moment "nostalgique", il revint poser le regard sur Emy qui en quelques secondes s'était enfouie sous la couette. Il sourit devant les yeux pétillants de la jeune femme. Avec ce côté "sans-gêne", elle lui faisait penser à une petite fille, contrastant vraiment avec son corps de tombeuse.
    Elle aussi avait mal dormi. Si elle se sentait bien ici, autant la laisser tranquille. Un geste lasse de la main. Un regard détourné, et il alla vaquer à ses occupations. Entre autre, trouver un tshirt potable, du moins, moins blanc que celui qu'il portait. Parait-il que les vêtements qu'on porte influence sur notre humeur. Il opta pour un tshirt tout aussi large, au bleu électrique. Voilà qui devrait le sortir quelque peu de sa torpeur. Se dirigeant à nouveau vers la salle de bain, il se changea. Effectivement, le tshirt blanc comme neige était d'un triste... et puis à trainer là, il ne devait pas être très propre ! Hop ! Dans le panier de linge sale !
    Se retournant vers le miroir, il fixa son reflet et vit les traits tirés d'un homme au teint blafard. Ça devenait catastrophique !
    A travers la porte entre-ouverte, il dit fortement à Emy :


    - Faut vraiment que j'aille boire un café !

    Pas de réponse.
    Il glissa l'œil dans l'entrebaillure. Dos à lui, il alla vers elle pour voir ce qu'elle faisait.
    Se penchant au dessus de son corps, il la vit, les yeux clos. Emy semblait dormir...
    Il lui enleva une mèche de cheveux tombant sur son visage, devenu calme et relaxé. La petite fille sans-gêne était enfin apaisée. Son ventre et sa poitrine se soulevait au rythme lent de sa respiration. Ses yeux clignaient parfois, devant les images de ses rêves.


    Mais Tom ne s'attarda pas sur l'ange, il avait déjà bien assez trainé au lit.
    Il prit rapidement un café au distributeur. Beurk ! Dégueu ! Au moins, il avait le pouvoir de lui remettre les idées en place. Et une petite mélodie vint s'immiscer dans sa tête. Il fila chercher sa guitare, dans sa chambre. Il retrouva la jeune fille dans la même position. De légers mouvements apparurent sous les couettes. Presque imperceptibles. Presque...
    Oubliant sa guitare, il s'assit près d'elle. Se penchant à nouveau vers son visage, il lui souffla :


    - Hey, fait pas genre, jsais que t'es réveillée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilig-fraizii.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Little girl. ( PV Tom.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Little girl. ( PV Tom.)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
» [MISSION] Escort Girl
» Sienna 'Party Girl' Fowler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock-Magik :: Rock Magik :: L'académie :: Les chambres :: Garçons : Otty Town-
Sauter vers: