Entre le rock et la magie, il n'y a qu'un pas...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le concert de fin d'année

Aller en bas 
AuteurMessage
Tom Scott
>Lover Guitarist • [admin]
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 29
Localisation : In my dreams...
Humeur : Everything's ok... or not.
Date d'inscription : 14/01/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
35/100  (35/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Le concert de fin d'année   Ven 1 Mai - 18:56

Concert de fin d'année

Du stress, des répétitions, mais surtout du rock !
Venez-nous applaudir !

Chelsea Stevens, Leanne Brown, Kyle Terrance, May Hooper, Chace Martin, Bill & Tom Scott, Esther Skylle, Emy Fenster
...


    « J'avais décidé d'être en avance. Pas question d'avoir une seule minute de retard. Ce soir, c'est le grand soir. Le concert de l'école, que tous les élèves attendent impatiemment. J'avoue, je commence à stresser, alors je préfère m'éloigner un peu du groupe. Le stress, c'est contagieux. Et puis, hier, j'ai rencontré dans le parc menant à la salle de concert un des techniciens du son. Il m'a proposé de venir essayer les balances pour ma guitare. C'est pour ça que je suis ici, dans la salle aux sièges rouges resplendissants, encore vides.
    Je m'appelle Tom Kaulitz. Je suis le guitariste des Total Hysterical. Et ce soir, ça va déchirer !
    »

    I
    l s'avança vers le technicien d'hier. Il était comique à voir empêtré entre tous les fils des baffles reliées à la table de mixage. Levant la tête, il reconnut l'élève et lui serra la main. D'un coup, il se sentait pro. Du respect émanait du technicien, qui n'avait pas l'habitude de voir des jeunes de cette envergure déjà sur scène. Mais lui et ses collèges n'étaient pas encore prêt à l'entrée sur scène du guitariste. Celui-ci alla alors visiter les loges dans lesquelles les groupes et élèves avaient la possibilité de se réunir avant leur spectacle. Il laissa quelques affaires dans l'une d'elle, où l'inscription "Total Hysterical" était affichée.
    Puis, il revint dans la salle. De suite, Tom enleva sa fidèle guitare de son dos, et déposa l'étui au fond de la scène, prêt du rideau noir cachant les coulisses. Il commença à jouer, à la demande des ingénieurs.


    « Les lumières valsèrent. Les sons prirent du volume. Tout bougeait et s'ajustait autour de moi. Mais je me contentait de jouer, évacuant mon stress sur un air des plus entrainants. D'ailleurs, ça tombait bien, pour tous les réglages, il fallait un morceau imposant. Je me sentais si bien d'un coup. Je grattais d'une énergie folle, revigoré par cette sensation de bien-être. Pourtant, rapidement, je me ravisais. Autant garder mon énergie pour tout à l'heure. Cette répétition était la bienvenue, mais seulement une mise en situation... J'entendis une voix lointaine. Je m'arrêtai. Le technicien me demanda mon avis sur la balance actuelle. Grattant quelques notes, je m'aperçus ne pas avoir assez de retour. Il modifia rapidement ce problème, pendant que je continuai un morceau plus calme, que nous allions jouer tout à l'heure. Je hochai la tête lorsque tout fut parfait, mais ne m'arrêtai pas pour autant... Là, je savais que la musique était toute ma vie. C'était sur scène, avec ma guitare, et mes amis où je me sentais le mieux. Encore plus devant un public. Je le savais pertinemment : dans quelques heures, j'allais être l'homme le plus heureux du monde. Et je me préparais à ce bonheur. Et ce bonheur je l'atteindrais en étant le mieux possible. J'appréhendai chaque riff difficile, chaque note faisant faire le grand écart à mes doigts. Il m'arrivait de lâcher mon médiator en plein morceau. A cette pensée, je m'assurai que j'avais bien un ou deux médiators de rechange dans ma poche. Il y avait tellement de choses à faire et à penser... »

    L
    a porte d'entrée s'ouvrit discrètement. Si discrètement que Tom, concentré sur son morceau, n'aperçut l'ombre de la personne qu'une fois qu'elle fut montée sur scène prêt de lui. Il ne se retourna pas de suite, terminant sa mélodie. Et il ne put pas, non plus, jeter un coup d'œil pour vérifier l'identité de la personne, tellement les projecteurs étaient éblouissants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilig-fraizii.skyblog.com
William Jost
I Gotta Make My Mark _*
avatar

Féminin Nombre de messages : 878
Age : 26
Localisation : Pas loin de ma batterie ou de ma Jess'
Humeur : Comme d'habitude...assez zen
Date d'inscription : 21/03/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
70/100  (70/100)
Relations ::
Année d'étude: Troisième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Dim 3 Mai - 0:47



    C'était maintenant. Le moment que tous les musiciens de l'école attendaient depuis longtemps. En trois à rock-Magik, c'était la première fois que William était aussi nerveux et en même temps aussi excité. C'était la première fois qu'il y avait un concert de fin d'année à l'école, c'était la première fois qu'ils allaient, lui et son groupe, se produire devant l'école. Ils avaient pratiqué durant des semaines pour être finalement prêts pour le concert. Ils étaient tous aussi nerveux les uns que les autres. Ils étaient tous partis chacun de leur côté le matin du jour J après avoir fait une petite rencontre d'avant concert. Malgré son visage impassible, le jeune homme était assez nerveux et c'est pourquoi qu'il était parti faire un jogging pour s'entraîner un peu. Il n'avait pas eu vraiment le temps durant les dernières semaines vu ses multiples pratiques de groupe.

    Cependant, il avait voulu prendre le temps ce matin-là. Courrir le relaxait, lui détendait les muscles des jambes et des épaules. Lorsqu'il jouait, tous les muscles de son corps étaient tendus et crispés, n'ayant pas envie de s'étirer un muscles ou de se coincer quelque chose en jouant et de gâcher le spectacle, le blondinet allait toujours courrir avant ses spectacles et s'étirait avant de commencer. Il s'en voudrait à mort de gâcher le spectacle à cause d'une crampe ou d'une blessure idiote à cause qu'il ne s'était pas assez bien préparé avant d'entrer en scène. Durant son trajet de course, il avait vu beaucoup de gens qui répétaient pour le concert. Assis sous les arbres, plusieurs guitaristes s'exerçaient, quelques chanteurs étaient éparpillés et faisaient des vocalises.

    Lui, il essayait de relaxer avant de se rendre faire quelque test de son et essayer la batterie qu'il aurait à sa disposition. Il n'était pas comme les guitaristes qui arrivaient avec leurs propres guitares personnelles. Le jeune homme devait se contenter des batteries qui étaient mises à sa disposition. Disons que comme instrument, ce n'est pas ce qu'il y a de plus mobile. Mais bon, il voulait faire le test pour savoir à quoi s'attendre pour le spectacle, c'est pourquoi il était arrivé à la salle un peu plus tôt.

    À ce qu'il entendait, il n'était pas le seul à avoir eu cette idée-là. Il avait tout de suite reconnu la guitare qui jouait sur la scène. Il n'était même pas encore entrée qu'il savait que c'était Tom qui jouait. Tous les musiciens ont leur propre style, leur manière de jouer leurs notes, à force de jouer avec les TH, William avait appris à reconnaître les styles des autres musiciens de son groupe. Mais bon, ne voulant pas déranger son ami qui pratiquait sur la scène, le blondinet ouvrit la porte doucement le plus discrètement possible.

    Une des techniciens lui fit un signe de la main et William répondit d'un sourire et d'un signe de tête. Par la suite, il se dirigea silencieusement, les mains dans les poches et regardant le guitariste, vers la scène. Tom était très concentré et William ne voulait pas le déranger. Il grimpa tout de même sur la scène tranquillement et se dirigea vers les locaux derrières qui servaient de loge. Le batteur y déposa une bouteille d'eau et sa veste avant de retourner à la scène où Tom finissait son morceau. Il fit le tour de la batterie et l'observa un peu pour regarder s'il y avait des trucs différents dessus avant de se retourner en souriant malicieusement quand le guitariste eu finit son morceau.

    William avait les mains dans ses poches de jeans qui étaient noirs et longs, tombant sur ses converses tout aussi noir, avec un peu de blanc mais bon. Il portait un chandail blanc à manches courtes. Le tout était très simple, mais tout à fait le genre de Will.


    -Alors ? Ça sonne plutôt pas mal non ?

    Sourire malicieux au coin des lèvres, le batteur regardait son ami qui avait encore sa guitare à la main et qui semblait plutôt satisfait. Du moins, il le semblait.


Dernière édition par William Jost le Lun 8 Juin - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Scott
>Lover Guitarist • [admin]
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 29
Localisation : In my dreams...
Humeur : Everything's ok... or not.
Date d'inscription : 14/01/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
35/100  (35/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Dim 7 Juin - 18:16

    Tom termina son essai avant de pouvoir identifier le discret visiteur. Il se retourna vers lui et reconnu immédiatement son ami William. Un sourire apparut aussi vite sur ses lèvres. Ce mec était vraiment une crème. Jamais il ne jugeait. Jamais il n'incitait. Il était gentil. Il était attentif. Il avait de la patience. Il avait de la constance. Surtout que les trois zigotos avec lesquels il vivait la plupart du temps lui donnait du fil à retordre. Malgré tout, William, David, Bill et Tom étaient les meilleurs amis du monde ! Et bientôt, ils seraient les meilleurs musiciens au monde ! Allez, un peu d'ambition ne fait pas de mal.

    Content de sa répétition solo, Tom n'envisageait pas d'en faire une avec Wiliam uniquement. Batterie et guitare n'étaient pas vraiment envisageable en duo. Ils attendraient les autres membres du groupe plus tard.
    Son instrument à la main, il proposa à son ami :


    - Tu viens, on va voir notre loge !?

    L
    à bas, il pourrait s'en délester. Ils allèrent donc visiter les coulisses qu'ils connaissaient plutôt bien depuis ces deux-trois années qu'ils les arpentaient. Devant chaque porte, ils lurent les noms indiqués. Ce fut à la troisième qu'ils trouvèrent le leur. Total Hysterical. En grosses lettres noires sur un papier blanc misérable.

    - Pff, ça craint. T'imagines quand on aura notre nom en gros devant des salles de concerts ! Han, j'aimerais troooop !

    William en rit. Tom et ses rêves. Mais le guitariste savait pertinemment que le batteur avait les mêmes que lui. Les quatre garçons en rêvaient. Prendre leur envol. Vivre de leur musique. S'éclater. Voyager à travers le monde... Ils passèrent la fin de l'après-midi à discuster dans cette fameuse loge, qui prit des couleurs dorées au coucher du soleil. Entre temps, David et Bill les avaient rejoints et ils avaient mis au point les derniers accords, répétant les chansons de ce soir.
    Tom alla au distributeur, prendre une bouteille d'eau. Les coulisses commençaient à grouiller d'élèves. Il tenta un regard derrière le rideau, et il vit les sièges quasiment tous emplis, alors que la dernière fois qu'il les avait vu, ils étaient tous rouges de velours, autrement dit, vides. Il reconnut les visages de quelques uns de ses camarades. Atara. Jack. Sydney. Chace... Mais ce furent surtout les expressions fermées de spectateurs inconnus sur lesquelles il resta fixé.
    Il courut jusqu'à la loge.


    - Eh les gars, ce soir c'est notre chance. Jsuis quasi sur qu'il y a des mecs en repérage de nouveaux groupes. Va falloir assurer !


HJ : Les autres élèves peuvent également intervenir et donner leur point de vue. C'est un topic général, pas un duo entre Tom et William Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heilig-fraizii.skyblog.com
William Jost
I Gotta Make My Mark _*
avatar

Féminin Nombre de messages : 878
Age : 26
Localisation : Pas loin de ma batterie ou de ma Jess'
Humeur : Comme d'habitude...assez zen
Date d'inscription : 21/03/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
70/100  (70/100)
Relations ::
Année d'étude: Troisième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Sam 13 Juin - 5:17

    Le jeune homme n'avait pas bougé d'un centimètre, ne voulant pas déconcentrer son ami qui finissait son test de son. Aux oreilles de William, tout semblait être en ordre, mais niveau guitare, il ne savait que la base. Il pouvait jouer des accords simples, mais ce n'était pas pour lui. Il laissait ça aux passionnés comme Tom et le reste des guitaristes de l'école. Chacun avait son genre et lui, il n'aimait pas se faire des ampoules sur le bout des doigts. Bon, vous pouvez dire, ouais bah avec la pratique il n'aurait plus d'ampoules et bla bla bla...mais Will s'en foutait. Il avait son groupe et chacun avait son rôle. Il tapait sur les tambours, Tom grattait la guitare, David la basse et Bill écrivait les paroles. Les trois autres garçons composaient la musique sous les ordres du chanteur. Il était évident que ce dernier était un passionné. Tout devait fonctionner, tout devait être synchronisé. Cependant, pour les membres du groupe, c'était normal. Ils voulaient que leur musique soit parfaite. Rien ne devait accrocher et pour ça, ils devaient, tous les quatre, s'écouter et dire la moindre petite opinion ou la moindre hésitation sur un accord ou une parole. Tout devait être dit.

    Bon, il y avait des moments où les garçons s'emportaient, mais, généralement, le blond réussissait à calmer le jeu. Étant le plus calme des quatre, c'était, en quelque sorte, son rôle de jouer le médiateur parmi les autres musiciens de son groupe. Cependant, il lui arrivait souvent de ne pas être d'accord avec l'opinion de l'un des autres et finissait pas embarquer dans le jeu des débats. C'était le meilleur moyen de sortir des idées de toute manière. C'est une méthode de création comme une autre quand on y pense bien. Mais bon, peu importait les méthodes de création des quatre musiciens, ce n'était plus le moment de créer, mais de jouer et de donner sont 110 % Le spectacle arrivait et le temps qui les séparait de ce moment-là ne se comptait plus en jours, mais bien en heures. C’était vraiment excitant, William adorait sentir l’adrénaline passer dans ses veines. La sensation procurée par ça n’était pas comparable. Le blondinet était appuyé sur le bord de la scène et a souri à son ami quand il s’est retourné vers lui et à l’expression sur son visage, le batteur voyait que l’acoustique de la sale lui plaisait. Ils devaient tous être à l’aise avec le son qui allait être projeté dans la salle. Ils devaient tous savoir comment le son sonnait dans la salle de spectacle pour ne pas avoir de mauvaises surprises durant le concert. Il y en avait, c’était certain, qui allaient avoir ces dites surprises, mais pas eux. Ils étaient prêts et ils savaient où ils s’en allaient. Ils étaient professionnels.

    Mais bon, Tom demanda à son ami s’il voulait aller voir leur loge et ce fut avec plaisir et un sourire que Will’ suivi le guitariste dans les coulisses à la recherche de leur salle. Ils finirent tous les deux par trouver une porte avec leur nom de groupe écrit sur un papier qui pendouillait mollement sur la porte, collé avec du ruban-adhésif qui semblait avoir de la difficulté à faire son travail. Le blondinet resta sans bouger à regarder ce triste spectacle qui remettait les pieds sur terre. Ils étaient encore à l’école et ne faisait pas grand-chose de plus qu’étudier et se perfectionner dans leur domaine. Ils n’étaient pas encore de grandes stars reconnues, mais ça ne saurait tarder. Tom fit justement allusion à ce temps qui allait venir un jour ou l’autre et ce fut avec un petit rire que William prit la parole avec un sourire malicieux au coin des lèvres.


    -J’en rêve déjà vieux !

    Les deux garçons ont fini par entrer dans leur loge personnelle et commencer à discuter…ce qu’ils firent durant tous l’après-midi. Bill et David étaient arrivés entre temps et s’étaient joint à la conversation qui allait dans tous les sens. Jessica avait passé sa tête rapidement dans le petit local avant d’aller à sa répétition avec son groupe. Ce fut avec un léger pincement au cœur que le musicien l’avait laissée partir, mais en lui volant un baiser bien mérité. Ils retournèrent à leur conversation sur leurs rêves pour le futur, sur les derniers arrangements fait pour le concert, simple vérification s’ils s’en souvenaient tous. Quand ce fut le temps de monter dans les coulisses, ils allèrent tous vérifier leur matériel…pour William, c’était plutôt simple. Il avait ses baguettes dans ses poches arrières de pantalon et c’était tout ce dont il avait besoin. Pendant ce temps-là, Tom avait été jeter un coup derrière les rideaux et ce fut avec excitation que le batteur alla le rejoindre pour jeter lui aussi un coup d’œil sur la salle. En effet, il y avait quelques hommes et femme qui ne parlaient pas beaucoup et qui étaient armés de tablettes de papiers et de crayon. Des papillons arrivèrent pour une visite surprise dans le ventre de William. Il ferma les rideaux et se retourna vers les membres de son groupe pour parler calmement, mais avec des étincelles dans les yeux.

    -On doit faire comme toujours et ça va bien se passer…on va être retenu je suis certain…on est géniaux ! Quelqu’un sait dans combien de temps ça commence ? On passe vers quelle heure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Owen
    • Shadow's Guitare Heroe •

avatar

Masculin Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 25/04/2009

Rock-Magik
Niveau magique:
100/100  (100/100)
Relations ::
Année d'étude: Première

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Sam 13 Juin - 12:21

H.S :: Bon je me lance, puisque vous ne voulez pas rester tous les deux 8D ! Je viens vous rejoindre !! Bien que je ne fasse absolument pas partie de l'histoire mais bon xD


Le concert de fin d'année.
.

With Everybody.

    Le concert de fin d'année, encore une manière comme une autre de donner une image idyllique de cette école. En une soirée il semblait que l'administration ait décidé de faire croire que les élèves ici, s'entendaient si bien qu'ils étaient capables de tous monter sur scène pour donner un spectacle de qualité. Pourtant, a ce que j'avais compris, la plupart des jeunes qui formaient les différents groupes de l'école ne pouvaient pas se voir en peinture. Je n'avais pas assisté de scènes prouvant leur animosité les uns envers les autres, depuis que j'étais arrivé. Dans un même temps, je n'étais pas arrivé il y a longtemps. J'étais un de ces jeunes arrivaient en plein milieu de l'année, ou plutôt dans la fin de l'année pour ma part, je me demandais comment j'allais pouvoir passer en seconde année d'ici la fin de l'été. M'enfin, ceci n'était absolument pas le problème. Je n'étais là que pour une chose ce soir, et je cherchais encore la raison à ma présence dans la salle de concert où se déroulerai le "spectacle de fin d'année".

    J'avais déjà entendu parlé de spectacle similaire dans des écoles primaires de mon village, mais c'était la première fois que j'allais assisté à l'un d'eux. Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Une soirée de plusieurs heures où je verrais des groupes de musiciens passaient, les uns après les autres sur scène. Eux, qui ainsi, vont tenter de nous montrer tout ce dont ils étaient capables et à quel point ils étaient doués ? La musique coulant dans leur veines comme le sang dans les miennes ? Ca risque d'être marrant ... Au début. Pour après ne devenir que ridiculement blasant. Après tout qu'est ce qui donnait à ces groupes leur désignation d'élite ? Qu'est ce qui les rendaient meilleurs de tous les autres ? Est ce que nous allions ce soir découvrire les nouveaux Rolling Stones, Nirvana ou Green Day ? Tant de questions qui n'aboutissaient à rien et qui ne faisaient que me rendre encore plus grognon à l'idée de me pointer là-bas. Mais bon, je n'avais pas vraiment le choix. De tout manière il n'y avait rien de mieux à faire ce soir.

    Ainsi, j'étais sortie de mon dortoir que je partageais d'ailleurs avec un membre de l'élite. Un mec plutôt discret avec qui je n'avais encore jamais eu de conversation digne de ce nom et que j'appréciais pour cela. Bref ... J'étais donc sortie, vétu d'un jean noir déchiré, et d'un t-shirt Rolling stones justement, où une langue rouge, très célèbre, était imprimé et flamboyant, sur un fond gris. Mes cheveux étaient décoiffé, et mes chaussures étaient ... Bah ... Comme d'habitude en gros. J'étais sur mon trente et un en quelque sorte, et ce n'était pas pour rien. A vrai dire, j'espérais que je pourrais profiter de cette soirée pour revoir Lilith. La jeune fille n'était pas réapparu depuis longtemps et j'avouais sans peine qu'elle me manquait vraiment. J'avais envie de la revoir, et j'espérais que ce soir elle mettrait son asociabilité de coté pour venir au concert.

    Je marchais dans les couloirs, suivant les panneaux qui semblaient m'indiquer le chemin le plus court pour atteindre la salle de concert. J'y arrivais, sans encombre, et je découvris alors que la salle avait été décorée avec gout, et qu'une scène immense se découpait en face de ranger de chaises bien ordonnées. Soupirant, je découvris aussi qu'il n'y avait encore que peu de monde dans la salle. je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était et pour ainsi dire, cela n'avait pas une grande importance. J'entendis aussi, venant derrière moi, une nuée de voix qui approchaient rapidement. Une marée d'élèves fadas de rock j'imagine. Pfff...

    Je me trouvais une place dans le fond de la salle, où personne ne se trouvaient, et je commençais à compter les secondes d'ici le début des festivités.

    1 Mississipi ... 2 Mississipi ... 3 Mississipi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith Morgan

avatar

Féminin Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 03/05/2009

Rock-Magik
Niveau magique:
65/100  (65/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Mer 17 Juin - 2:05




    Je me suis réveillée ce matin-là avec la seule envie de retourner me coucher. J’avais travaillé un peu trop tard sur mes mathématiques la veille et après j’avais eu une petite crise d’inspiration. Cela faisait environ une semaine que c’était comme ça. Les mots venaient tout seul sans prévenir dans ma tête. J’avais composé deux chansons cette semaine. Ce n’était pas vraiment normal. Normalement, j’en composais une en 2 semaines, mais là c’était vraiment une autre paire de manches. J’avais fini la première il y a 4 jours de ça. Ce n’était pas du grand art côté poésie, mais je l’aimais beaucoup quand même. Elle avait le mérite d’être claire. Je ne m’étais pas trop rendue de ce que j’écrivais. Ma main bougeait toute seule, sans le contrôle de mon cerveau. Ce n’est qu’après que je me suis rendu compte de ce que ça disait. Il y avait pas mal de traits pour rayer des mots qui ne sonnaient pas bien. Mais le résultat final était vraiment dans mes cordes. Je dois dire que je l’aimais beaucoup et que j’avais vraiment eu envie d’essayer de composer une mélodie qui pourrait bien aller avec. J’avais donc prit ma guitare, le même soir, et j’avais essayé, toute la nuit en fait, de trouver une mélodie, mais je n’y arrivais pas. Il me manquait clairement quelque chose. Mon esprit s’est tout de suite tourné vers Liam. Je m’ennuyais vraiment de lui, il me manquait. Je le voyais partout. Il était dans ma chanson. Elle commençait comme ça.

    «I’ve gone for too long
    Living like I’m not alive
    So I’m going to start over tonight
    Beginning with you and I

    When this memory fades
    I’m gonna make sure it’s replaced
    With chances taken, hope embraced
    And have I told you ? »


    Mais ça ne fonctionnait pas, je ne trouvais pas le bon rythme pour que la chanson sonne bien et ça me fâchait. Je savais très bien qui aurait très bien pu m’aider; Liam. J’avais vraiment envie de le voir. Cependant, je n’avais aucun temps pour moi. Je devais sois étudier ou bien je posais sur d’autres chansons que j’avais faites avant et l’autre que je venais de pondre. J’ai donc passé une semaine de fou sans voir le garçon qui m’avait fait changer de voie en quelques heures un matin de la semaine d’avant. Cependant, j’avais vraiment envie de le voir. Il y avait des moments où à force d’étudier je finissais par partir dans une bulle et je rêvassais. Mais bon, je devais étudier, c’était important alors je finissais par me remettre au travail et à le cacher dans un coin de ma tête pour ne pas trop y penser. Cependant, j’avais ben l’intention de le revoir, il me l’avait promis avant de partir. J’étais certaine qu’il en avait autant envie que moi et qu’il allait finir par venir me voir. Je me suis rendu compte un peu plus tard que cette journée là allait être l’idéale.

    Je me suis levée et je suis allée prendre une douche rapide avant de vaquer à mes occupations plus qu’intéressantes, c’est-à-dire probablement aller traîner dehors un peu, bosser sur mes cours et travailler sur mes chansons. Je me suis lavé les cheveux et je me les ai fait sécher tranquillement en chantonnant. J’étais de bonne humeur, même si je n’avais pas assez dormi dans la dernière semaine. Il faut croire que le beau temps y était pour quelque chose. J’étais encore en pyjama quand je suis sortie de la salle de bain pour aller, comme à tous les jours, au calendrier épinglé sur le mur. Encore une fois, je me suis mise à rire en regardant l’image du mois. C’était une autre fille qu’il y avait dans ma chambre qui l’avait mit là et elle avait choisi le plus beau selon elle. C’était un calendrier de pompier sexy, du moins c’est son avis. Des hommes trop velus et en sueur, ce n’est pas vraiment ce que je qualifie de sexy, mais bon, chacun à ses goûts et je la laissais faire, elle me faisait rire. Ça ne me dérangeait pas vraiment non plus. En autant qu’il y a les jours de la semaine et les dates dessus ça me va. Même s’il y avait des camions dessus ça ne m’aurait pas dérangé. C’est là que je me suis rendue qu’à la date de la journée, il y avait un grand cercle rouge et c’était écrit concert en gros. J’ai eu les yeux ronds en y pensant et je me suis mise à sourire sans raison apparente.

    Cependant, il y avait une raison ! Il y avait des chances que je revois Liam…enfin ! Ayant du temps devant moi, je me suis mise à étudier et j’y ai passé la moitié de la journée, en pyjama. J’ai passé l’autre moitié à essayer, encore une fois, de trouver une mélodie pour ma chanson. Je suis encore restée dans une impasse. Ça allait passer, je le sentais. Je ne pouvais pas rester dans un syndrome de la page blanche toute ma vie non ? J’ai papoté un peu, du moins j’ai souri en écoutant ma compagne de chambre papoter en disant qu’elle était toute excitée à l’idée de voir les autres groupes de l’école et les gars sexy de quelques groupes que je ne connaissais pas vraiment. Elle a cité quelques noms et moi je la regardais en riant et en lui enviant sa joie de vivre naturelle. Elle était tout simplement adorable. Pas superficielle pour un sous. Juste sociable et charmante. J’étais bien tombée en étant avec elle dans ma chambre. Elle m’a demandé des conseils vestimentaires et je lui ai dit ce que je pensais, un jean et une chemise ferait très bien l’affaire. Disons que côté style vestimentaire, nous n’étions pas dans la même branche, mais je m’en foutais, je m’amusais. Elle est finalement partie en me demandant si elle devait m’attendre et je lui ai dit que j’allais trouver la salle de concert sans problème. Elle est donc partie et je suis restée là devant ma garde-robe.

    Je n’étais pas le genre de fille à m’en faire avec mon accoutrement, mais je voulais être jolie, je voulais que Liam me trouve jolie. J’avais radicalement changée. Mais bon, après avoir fouillée quelques minutes dans mes vêtements, j’ai finalement opté pour un jean blanc avec un chandail bleu clair à manches courtes. Je me suis maquillée légèrement, traits de crayon en dessous et au-dessus des yeux et j’ai mis un peu de fard à paupière pâle et je suis partie sur ce. Ballerines dans les pieds, j’avançais sans faire de bruits dans les couloirs. Il y avait trop de bruits pour ça. Pleins de gens qui discutaient, riaient et faisaient du bruit pour montrer leur excitation. C’était sympathique à voir, mais je ne pouvais pas vraiment me mêler aux festivités, je ne connaissais personne. Je n’avais rien fait dans cette école. Ce que je disais dans ma chanson était bien vraie, j’étais tout à fait comme ça. « I’m not going ‘cause I’ve been waiting for a miracle. » Je venais de m’en rendre compte. Mais j’avais eu droit à mon miracle non ? Ça allait être différent maintenant. J’allais faire comme ma mère me l’avait recommandé. J’allais m’amuser et vivre ma vie sans me soucier de ce qu’il y a autour. Il y avait quelqu’un qui pouvait m’y aider maintenant. Liam allait m’aider. Je marchais donc, confiante de ce que j’allais trouver dans la salle. Cependant, une pensée me fit sourciller.

    Peut-être qu’il avait décidé de ne pas y aller. C’était possible. Je continuais donc à avancer, avec un peu moins d’assurance. Je suivais les couloirs en me mêlant aux gens qui se dirigeaient au même endroit que moi. Je regardais autour de moi, chassant quelques mèches de cheveux roux de devant mes yeux et je suis finalement arrivée devant la salle de concert. C’est mains dans les poches et par petits pas que j’y suis entrée en regardant autour de moi. Comment repérer un garçon comme Liam dans une salle avec des gens partout. Bon, il n’était sûrement pas en avant. Je me suis avancée un peu dans la salle, marchant tranquillement pour essayer de le repérer. Je me suis fait bousculer quelques fois et je me suis excusée en rougissant et eux m’ont dit de me trouver une place ou m’asseoir au lieu de prendre de la place, mais je n’ai pas fait attention. Qu’est-ce que j’en avais à faire d’eux ? Rendue au milieu de la salle, je me suis retournée vers le fond, ne le voyant pas. Je cherchais sa tête aux cheveux ébouriffés et noirs. Je suis finalement tombée sur sa tête et j’ai souri de toutes mes dents.

    Il avait l’air concentré ailleurs, dans sa tête, mais j’allais le ramener sur terre. Je me suis excusée en passant à travers les gens en sens inverse et je me suis fait dire deux ou trois petits trucs bien salés, mais je n’ai pas vraiment entendu. J’étais concentrée ailleurs. Je suis finalement arrivée à sa rangée et je suis allée m’asseoir près de lui. Je l’ai embrassé doucement sur la joue, profitant du moment pour sentir son odeur qui m’avait tellement manquée, et je l’ai regardé avec des étoiles dans les yeux en prenant la parole.


    -Alors, je t’ai manqué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Owen
    • Shadow's Guitare Heroe •

avatar

Masculin Nombre de messages : 89
Age : 25
Date d'inscription : 25/04/2009

Rock-Magik
Niveau magique:
100/100  (100/100)
Relations ::
Année d'étude: Première

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Jeu 18 Juin - 17:06

    48 Mississipi ... 49 Mississipi ... 50 Mississipi ...

    Et dire que cela ne faisait pas même une minute que je me trouvais dans cette salle, sur ce suège trop dur, entouré de ces filles délurés, excitées, énervées - et par la même occasion énervante - à l'idée de passer une soirée sous le symbole du rock, de la convivialité, et de la musique. Elles en faisaient une passion alors que je savais pertinemment que les trois quarts d'entre elles n'avaient pas le talent requis. Ce qui était triste, c'est que personne dans cette école n'osaient leur en faire la remarque. Si ca ne tenait qu'à moi je virais la moitié des greluches de cette écoles, juste parce qu'elles ne servaient à rien. C'était à se demandait comme est ce que Rock Magik avait bien pu recevoir sa réputation de meilleure école du genre musicale. J'avouais que, pour le peu que j'en avais vu, les structures et les cours nous donnaient un large choix de carrières, de la culture à en plus pouvoir et de la musique encore et toujours. Surtout de la musique, ce qui paraissait normale en soit.

    Enfin ... Je trouvais que le temps ici n'avait jamais été aussi long. Et pas seulement dans cette salle, depuis la pauvre petite minute que j'y passais. En réalité, cela faisait près d'une semaine que je trouvais que le temps c'était ralenti. Ce qui ne faisait qu'accroitre ma mauvaise humeur qui au fil des jours était devenue meurtrière. J'aurais préféré ... je ne sais pas vraiment. Pouvoir croiser Lilith, probablement. Et dire que cela ne faisait qu'une semaine que je ne l'avais pas vu. Déjà j'étais près à sauter à la gorge de quiconque voudrait me parler. Autant dire qu'il valait mieux avoir de bonnes raisons pour m'approcher. Le seul qui n'avait pas eu de répercutions de ma mauvaise humeur était mon compagnon de chambre. J'appréciais beaucoup le jeune homme, et pas seulement parce qu'il était discret. Disons qu'il avait la même passion des jolies "choses" que moi. Il aimait les femmes. Toutes les femmes, et nous nous étions amusés à parler de nos gouts durant les soirs de la semaines. Ce soir, je l'avais vu se préparait avec beaucoup de soin. Ce type était fadas de ses cheveux, s'en était presque ridicule à voir sir le finale de ses soins n'étaient pas incroyablement sexy. Enfin, d'après les filles qu'il croisait, c'était sexy. Je ne pouvais pas avoir de mots à ce sujet.

    J'avais l'impression, outre le fait que le temps passait affreusement lentement, d'être aveugle. C'était comme si j'étais déconnecté du monde qui m'entourait. je ne voyais plus les filles tout d'abord, qui avaient décidé de m'approcher durant la semaine écoulée. Je ne les rembarrais même pas, me contentant de ne pas les voir, de ne pas répondre à leur tentatives désespérés d'avoir mon attention. Je la cherchais Elle du regard, à la place. Lilith. J'aurai tant souhaité la revoir, lui parler, l'embrasser, encore. Sentir sa chaleur, son corps contre le mien, ne serait-ce que pour une courte étreinte. J'avais cru la voir à plusieurs reprises, mais à chaque tentatives d'approches ,alors que mon coeur accélérait, et mon corps s'engourdissait, elle disparaissait de ma vue. S'en suivait alors des heures de colères incontrôlables. Je me sentais frustré de ne pouvoir l'atteindre. Le pire encore était le soir, lorsque la réalité de ma séparation disparaissait sous les fantasmes que je vivais. Je rêvais d'elle, chaque soir. Si belle, si gracieuse, et sa voix en fond sonore de nos étreintes, qui me rendait ivre d'elle, amoureux. Amoureux. Je ne savais encore si je l'aimais, ce dont j'étais sur c'est que je l'adorais déjà, plus que de raison. Je tombais amoureux d'elle, alors qu'elle restait loin de moi.

    Le pire c'est que je savais pourquoi je ne pouvais la voir. Je savais que c'était une fille sage, travailleuse. Je ne doutais pas qu'elle eut de bonnes raisons d'être loin de moi, et de mon coté, je n'avais pas non plus trop de temps pour la chercher. Certes, mon humeur ne me donnait guère envie d'aller en cours, mais je souhaitais tout de même ne pas me faire remarquer par de trop multiples absences. Je fis de brèves apparitions en cours de maths, et les devoirs que le prof' nous donnait étaient bouclés en cours. Je n'écoutais pas ce qu'il nous expliqué, vu qu'il utilisait une heure pour dire 4 fois la même chose. J'avais une logique mathématiques. Je comprenais du premier coup, contrairement à la majorité des autres élèves, je n'avais aucun problème avec cette matière. Aussi, je n'y allais que peu souvent. Outre cela, je n'allais pas en cours du tout. Je n'avais pas l'envie, et j'aurai très bien pu être capable d'envoyer chier un prof si il osait me faire une remarque.

    Mise à part cela, je me sentais aussi très inspiré. Chaque matin, alors que je me trouvais être en sueur, et éblouie, de nouvelles mélodies me venaient. Je prenais ma guitare, et durant les trois derniers jours je n'avais fait que jouer, dans ma chambre, enfermé et concentré comme jamais. Je la voyais sous mes paupières me sourire, pleurer, et je sentais encore son corps contre le mien lorsque je l'avais prise dans mes bras. Je jouais, encore et encore, une mélodie nouvelle que je trouvais spéciale, plus joyeuse que toute les autres avant elle. Cependant, je ne trouvais pas de mots capables d'exprimer ce que je tentais d'exprimer. Alors, je ne m'excitais pas plus, pensant que ce serait une bonne excuse pour revoir Lilith. Remarque, la mélodie à la guitare était plutôt élaborée, et il aurait été difficile de trouver un texte qui aille avec ca. Je préférais chercher les imperfections, les modifiais, et m'endormais plusieurs fois, sur le sol de la chambre, sur ma guitare et les feuilles éparpillées.

    C'est alors que ce matin j'avais découvert que c'était le concert de fin d'année, et j'y étais allé, par simple souci de sociabilité. Mais pas seulement. Il ne m'était pas venu à l'esprit une seule fois que Lilith n'y serait pas. Je pensais au contraire qu'elle aimerait y aller, si je lui avais autant manqué qu'elle ne m'avait manqué. Autant dire que si elle ne venait pas j'aurai été capable de tous les tuer. De me battre, ou je ne sais quoi encore. J'étais au bord de la folie. A vraie dire, même la perspective de passer une soirée sous le signe de la musique m'indifférait, bien que j'aimais cela particulièrement. Je ne voulais qu'elle à cette instant, et jusqu'à ce qu'elle apparaisse ce sera le cas.

    145 Mississipi ... 146 Mississipi ... 147 Mississipi ...

    Plus de deux minutes, un miracle, et je n'étais pas encore fou. Ce ne saurait tarder cela dit si seulement ... elle n'était pas apparue à ce moment là. J'étais perdu dans mes pensés, le regard fixement concentré dans le vide, j'ignorais les gloussements des filles qui passaient devant moi. Je sentis alors quelques chose de doux se poser sur ma joue et une odeur particulièrement attrayante envahit mes narines. Je fermais les yeux sous la joie fulgurante que méprit. Le bonheur de la sentir près de moi. Elle me demanda si elle m'avait manqué, alors que je tournais le visage vers elle, m'assurant que ce n'était pas un rêve. Elle était belle, dieu, elle était la plus belle de la soirée. Habillée avec gout, dans ce t-shirt bleu, qui mettait sa poitrine en avant, sans pour autant que ce ne soit provocateur. C'était plutôt plaisant d'ailleurs. Je vis aussi qu'elle s'était légèrement maquillé. Dieu qu'elle était belle, plus que mon souvenir ne me permettait de me rappeler. Je la découvrais, ô Douce Déesse, me souriant, des étoiles plein les yeux.

    Je n'étais capable d'aucune parole. Je ne pouvais que bouger. Prenant sa main dans les miennes, je l'attirais vers moi pour qu'elle prenne place sur mes genoux. Je voulais la sentir proche de moi, plus que jamais. Alors qu'elle s'assit sur mon corps, une de mes mains sur mis au pas de son dos, tandis que l'autre montait sur sa nuque. Je l'attirais à moi pour lui voler un baisé. Et pas qu'un seul. Lorsque ma bouche touche la sienne je m'enflammais aussitôt. Notre embrassade devint très vite passionné, pressé. Je léchais ses lèvres, me délectant de leur gout sucré, si sublime. Je ne m'arrêtais que lorsque le souffle me manquait, et que je pus reprendre la parole. Je quittais alors ses lèvres et posais mon front sur le sien.

    - Plus que tu ne pourrais l'imaginer, Ma Lilith. Murmurais-je en réponse à sa question. Et toi, as-tu rêvé de moi au bout du compte ?

    J'avais comme l'impression de reprendre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esther Skylle
She's Rebel
avatar

Féminin Nombre de messages : 381
Age : 24
Localisation : Chez M0ii' ;)
Humeur : Fantastic !
Date d'inscription : 27/04/2008

Rock-Magik
Niveau magique:
50/100  (50/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Ven 19 Juin - 2:31



    << Your hair, your eyes, your old Levi's >>
    Chanter avec sa voix est une chose .
    Chanter avec son coeur en est une autre.




    Le rêve fut trop réel à mon goût pour ne pas sortir de la future réalitée. Me voici sur une scène, seul avec une guitare. Jusque là, rien qui ne puisse me dire que quelque chose sonne faux. La magie fait son boulot; 30 secondes après le début de ma première chanson, des musiciens apparaissaient derrière moi et un public s'installa en face de moi. Quand on est une chanteuse, c'est ce dont on rêve. Quand on est moi, c'est ce qu'on a la plupart du temps, comme tout les gens. Tout sonne faux dans une tête comme la mienne, mais on s'y habitue vite. Je n'ai su dormir de toute la nuit, mais c'était compréhensible. J'avais déjà participé une fois au concert de fin d'année, lors de ma première année à Rock-Magic et depuis, c'est la seule chose que j'attend. Le stress monte en une vitesse, mais après avoir tout donné, tu ne peux plus qu'être heureuse d'avoir fait profiter de ton talent, d'avoir dit tout ce que t'avais à dire. J'échauffe ma voix.

    << LalalalA >>


    Un bon café était la seule chose que je voulais dans un instant comme celui ci. J'ai du dormir 8 heures sur toute ma nuit ce qui était bien sûr trop peu pour une fille de mon style. Et même si j'en avais l'habitude, je ne pouvais plus me le permettre autant de fois. Il devait être assez tôt, puisqu'en m'installant près de la fenêtre, je pouvais admirer un soleil levant de plusieurs couleurs, comme je les aime. C'est dans un moment comme celui là que tu pense à tous comme à rien. Mon frère était au sommet de tout, mes amours ratés de ces dernières années étaient juste derrière. Franchement, était-ce étonnant ?

    Je traîne tellement, j'adore ça. Mais ne pas tarder serait aussi une bonne chose. J'étais par exemple sûre que j'allais mettre trois heures avant de choisir mes vêtements pour ce soir, deux heures avant de choisir quelque chose pour mes cheveux et de le faire et surtout, il fallait que je trouve un petit temp pour répété dans tout ça. J'ai toujours dit qu'être une fille n'était pas facile alors être comme moi, ça n'en valait pas la peine non plus. J'opte pour ceci ... J'opte pour cela ... Mais tout est au hasard. Je veux juste qu'on voit ma personnalitée, qu'on me reconnaisse parce que je suis moi, pas parce que je me fais passé pour une autre. C'est ça être une artiste en fait, et c'est cette solution que j'ai décidée de choisir. CHanter, danser, jouer de la guitare, de la batterie. Sans ça, je ne me rend plus compte de ce que signifie la vraie vie, car c'est ça la vraie vie.

    Je n'ai pas de montre, c'est ce que beaucoup de gens me reprochent. Mais je n'ai jamais éprouvé le besoin d'en avoir une, et surtout, je ne préfère pas. Pour en revenir à mon but, je n'avais plus l'heure exacte du concert en tête, et celle de maintenant encore moin. C'est à pas lent, accompagné de ma guitare que je rejoins la salle tant aimée des élèves. C'est très compréhensible, mais surtout bizarre. Je murmure, je chante, je danse seule. J'ai l'impression d'être observée par le peu de regard présent aux endroits par où je passais. Une chose que j'apprécie dans cette école, c'est qu'on me prend pour une tarée sympathique, j'adore cette image de moi même, c'est assez drôle. J'entrais dans une grande et vaste salle. Toutes les personnes autour de moi disparaissait et le décor s'envolait par la seule présence de la scène en face de moi. J'avais toutes les images à vouloir, j'avais toutes les images dont chacuns pouvaient rêver. J'eus un sentiment de vide et de stress, j'entrais sur scène. Je fais un genre de rituel avec moi-même et fonce me déchaîne dans ma chambre imaginaire; c'est de cette façon, plus ou moin, que je considère la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yourotherlife.my-rpg.com
Lilith Morgan

avatar

Féminin Nombre de messages : 67
Age : 26
Date d'inscription : 03/05/2009

Rock-Magik
Niveau magique:
65/100  (65/100)
Relations ::
Année d'étude: Deuxième

MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   Sam 20 Juin - 7:37

    Je venais tout juste de m’asseoir près de mon amoureux, je pouvais bien l’appeler comme ça n’est-ce pas ? Alors donc, je venais à peine de m’asseoir que je devais déjà me lever, mais pour aller à une destination des plus intéressantes. En effet, à peine je venais de finir de parler que Liam me prenait doucement la main pour m’attirer sur lui, ce que je n’avais pas l’intention de refuser. Je me suis donc laissé aller et je suis allée m’asseoir sur ses genoux. Encore une fois, pour changer de mes habitudes, c’était une première. La dernière personne sur qui je m’étais assise, c’était sur mon père quand j’avais 13 ans à mon anniversaire. Il voulait que nous prenions une photo en famille, ce que je n’avais pas refusé non plus alors je m’étais assise sur lui et ma mère me serrait dans ses bras. C’était la sœur de ma mère qui l’avait prise. J’avais encore la photo dans ma chambre, elle représentait tellement pour moi quand j’y pense. Je l’adore cette photo là, elle me fait sourire. C’est ma famille à moi ! Ils tenaient à moi tous les deux. Ils m’aimaient comme leur propre fille. Moi, je les aimais comme mes propres parents. Ils sont mes propres parents quand j’y pense. Aussitôt que je suis arrivée chez les Morgan, j’ai compris en quoi consistait le rôle de parents et j’ai aussi compris que Margareth n’avait jamais remplie ce rôle. J’avais compris que j’avais perdue 11 années de ma vie à me faire prendre pour un objet.

    Je n’avais jamais été quelqu’un d’important pour elle. J’étais là, point à la ligne. Cependant, avec ma vraie famille, c’était différent. Je représentais quelqu’un d’important pour eux. Ils me respectaient et je trouvais ça fantastique. Je les adorais pour tout ce qu’ils avaient fait pour moi. Cependant, à sentir ce que je sentais à ce moment-là, ils n’étaient pas les seuls à tenir à moi. Qu’est-ce que je sentais ? Je sentais l’une des mains de Liam dans le bas de mon dos, une autre de ses mains qui montaient sur ma nuque et je sentais son souffle se mêler au miens alors que je rapprochais mon visage du sien. Je devais encore rougir un peu, mais pas de gêne, juste de plaisir. Je lui ai souri tendrement avant de me laisser emporter dans le baisé qu’il voulait me donner. Je n’allais tout de même pas refuser un cadeau comme ça, quel genre de personne j’aurais été, ça aurait été diablement cruelle. Il était facile de voir que je lui avais manqué et qu’il m’avait manqué. Notre baisé était pressé et plein de passion. Une semaine sans se voir, ça avait été difficile autant pour lui que pour moi j’en étais convaincue. Le goût sucré de ses lèvres m’avait manqué, le sentir aussi près de moi aussi. Sa seule présence m’avait manquée. Mais bon, le manque allait être comblé puisque nous allions passer du temps ensemble et je n’avais pas l’intention de le laisser partir tout de suite. J‘avais des projets pour lui, j’avais une entrevue à lui faire passer.

    Cependant, j’étais un peu occupée alors la session de question allait attendre un peu. Malheureusement, toute bonne chose à une fin et notre baisé dû arrêter si nous voulions respirer et pouvoir nous embrasser plus tard. Cependant, je suis restée tout aussi proche de lui, ce qui faisait totalement mon bonheur. J’étais toujours assise sur lui et il avait collé son front au miens pour me parler. J’adorais la sensation que ça m’apportait. Je me sentais aussi légère qu’une plume. Des soucis, du stress, des pensées négatives ? Je n’avais plus rien de tout ça. J’étais dans une bulle de confort avec mon musicien préféré et je n’avais pas envie de sortir de là. J’avais envie de rester assise sur lui, mon visage tout près du sien et je voulais le regarder. J’avais l’impression qu’il était presque irréel et qu’il allait s’envoler, comme ça, sans dire un mot, que c’était le fruit de mon imagination. Je me disais que c’était peut-être une image, rien de plus, parce que je me disais qu’une personne comme lui ne pouvais pas s’intéresser à une personne comme moi. Dans ma tête, ça n’avait pas vraiment de sens. Aux premiers abords, je n’aurais pas été du genre à aller le voir. Il me semblait vraiment inaccessible, du moins c’était avant. Maintenant, il me semblait des plus accessible, pour moi du moins.

    C’est donc comme ça, le front contre le sien et le sourire aux lèvres que j’ai écouté mon beau brun répondre à ma question du début. Comme je l’avais espéré, je lui avais manqué et plus que je le crois. Ce petit ajout à sa phrase m’avait fait chaud au cœur parce que, dans ma tête, j’essaie toujours de tout prendre au minimum alors le fait qu’il se soit ennuyé de moi me semblait improbable. Cependant, ce ne fut pas le seul détail de sa réponse qui me faisait plaisir. En effet, le seul fait qu’il ait dit ma Lilith à la fin de sa réponse m’avait donné des papillons dans l’estomac et tout le reste de mon système digestif. Évidemment, pour changer de mes habitudes, je suis virée au rouge, mais ça ne me gênait plus tant que ça, du moins avec lui. Il avait dit qu’il trouvait ça mignon à notre dernière rencontre et je lui faisais confiance. Mon rougissement était juste une constatation de l’effet qu’il me faisait, que ce qu’il me disait me touchait. Ce n’est pas plus mal, ça m’empêche même de parler. Mon rougissement expliquait tout sans problème. Juste à me regarder il pouvait savoir ce que je sentais. Comme tout le monde d’ailleurs. Cependant, ça ne me dérangeait pas le moins du monde avec lui. Avec les autres c’était une autre affaire, mais peu importait à ce moment-là. Il y avait lui et moi, les gens autour ne me dérangeaient pas plus que ça.

    C’est donc avec un grand sourire que j’ai approché un peu plus mon visage du sien pour frotter mon nez contre le sien. Je suis restée comme ça quelques secondes pour observer ce visage qui me touchait, ses yeux qui me regardaient. Je suis tombée dans les deux puits noirs et profonds qui constituaient ses yeux qui étaient les plus beaux pour moi. C’est en entendant une personne s’asseoir dans la rangée devant nous que je me suis extirpée de là en sursautant. Je me suis alors mise à rire, sur le coup de la nervosité qui venait de passer. J’étais une personne plutôt sur les nerfs, ce qui me faisait sursauter asse souvent. Ça m’énervait, mais je n’y pouvais rien, valait mieux en rire que d’en pleurer. J’ai donc mis ma main sur sa joue pour la caresser doucement tout en prenant la parole en souriant joyeusement.


    -Oui, finalement j’ai dû te voir passer quelques fois dans ma tête.

    Je l’ai regardé pour voir sa réaction puis je me suis remise à rire pour reprendre la parole tout aussi joyeusement. J’étais vraiment contente d’être là, avec lui…près de lui.

    -Tu m’as vraiment manqué, je n’ai pas été capable de composer une mélodie, bien que j’ai écris un nombre regard de chanson. Va savoir pourquoi. T’es une source d’inspiration très efficace, tu le savais ça ?

    Ma main qui était placée sur sa joue quelques instants plus tôt sur sa joue était montée dans ses cheveux et elle s’amusait à jouer avec quelques mèches de cheveux et à caresser sa tête échevelée qui me faisait fondre. Je souriais doucement à mon Liam, me sentant indubitablement bien.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le concert de fin d'année   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le concert de fin d'année
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» Kylan Hummel [ACCEPTE] ~ Poufsouffle (4e année)
» Nos années pensions - Refusé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock-Magik :: Rock Magik :: L'académie :: La salle de concerts-
Sauter vers: